Charlotte Seemuller
Journaliste et maman
Que ce soient les baptêmes, communions ou autres fêtes de printemps ou laïques, en cette période d’incertitudes : beaucoup de fêtes sont reportées et parfois annulées. Il y a fort à parier que nous nous souviendrons longtemps de ce printemps 2020. 

Bien évidemment, la première réaction est la déception, parfois même la colère, car non vraiment il n’y a rien à faire. Les premiers jours de mars, chaque email ou message reçu a été porteur de mauvaises nouvelles : classe verte annulée, week-end scout annulé, vacances à la montagne annulée. 

Même si les réactions ont pu diverger au moment de l’annonce de la fermeture des écoles : les parents paniqués à l’idée de faire l’école à la maison et les enfants ravis de la perspective de ne plus avoir d’examens, le résultat est le même, nous sommes tous démunis devant les nouvelles. Une fois celles-ci digérées, il a fallu s’organiser, trouver des activités et apprendre à voir le temps passé

Mais qu’en est-il des fêtes reportées ?

Traditionnellement en mars et avril, c’est le bal des invitations ou « save the date » pour les baptêmes et communions de mai et juin. Les gens aiment recevoir aux beaux jours et avant l’été. Mais tout d’un coup, il a fallu tout annuler ou reporter. Même les lieux de cultes ont fermé. Car il est tout de même particulier d’organiser un tel événement dans la stricte intimité familiale. Voilà peut-être l’occasion unique de faire le point ! 

Le concept

Chacun est confiné chez soi. Alors même si évidemment le futur est fait d’incertitudes et aucune nouvelle date n’a été annoncée, pourquoi ne pas profiter de ce formidable espace de dialogue récréé pour penser ensemble à ce qui compte vraiment : qui inviter ? qui fait quoi ? Et même si la fête doit être repoussée à l’année prochaine, il y a fort à parier que chacun aura à cœur de célébrer différemment.

Là aussi, il devient facile de mettre la main à la patte : essayer des recettes pour le jour J, proposer aux enfants d’illustrer eux-mêmes leurs invitations, voire même d’organiser un concours entre les cousins de la plus jolie carte.. Et si la fête de communion est reportée à l’année prochaine, il y aura certainement des occasions pour fêter la fin du confinement ! Et savourer les moments d’être réunis tous ensemble : en famille ou entre amis, à plus de dix !

Les invités

Pour faire durer le plaisir, pourquoi ne pas créer un groupe whatsapp intergénérationnel, comme ça tout le monde sait qui est attendu. Malgré l’absence de date, les invités pourront déjà échanger sur l’importance de se réunir, de ce qu’ils auront envie de partager. Certains seront ravis d’envoyer un texte à méditer, une chanson à répéter ou pourquoi pas raconter leur propre communion !

Les cadeaux

Evidemment la question traditionnelle de l’enfant concernant les cadeaux prend tout son sens. L’enfant a plus que jamais eu le temps et l’opportunité de découvrir ce qu’il apprécie vraiment, de re découvrir ses jouets, de se lancer dans des cours de guitare sur internet (avec comme but de se produire en spectacle le jour J). Mais, du coup, ses idées d’avant la crise deviennent peut-être obsolètes : finalement il réalise qu’il se lasse vite de la console de jeux reçue à Noël, peut-être préféra-t-il maintenant une table de ping pong pour jouer enfin avec ses copains ? 

Avec Yongo, vous pouvez déjà réaliser la liste des envies de votre (ou de vos) enfant(s) et bien entendu celle-ci peut évoluer. Quelle joie de renouer avec les échanges entre les membres de la famille via la plateforme, les wish list partagées, la conversation entre parents et enfants des choix à faire (peut-être ne pas épargner uniquement pour un cadeau, mais également pour son avenir financier) et contribuer à distance aux cadeaux choisis. 

Donc la fête est peut-être reportée mais rêver aux cadeaux ne l’est pas nécessairement. Et pourquoi pas en profiter pour faire un peu d’éducation financière ? Bref Yongo offre un concept innovant avec différentes solutions, en fonction de ce qui vous convient !

Alors en attendant de ne plus avoir le temps, il vous suffit désormais de le prendre…tout simplement.

Charlotte Seemuller, Journaliste et maman

Articles récents

Rester en contact en temps de crise. Est-ce une bonne idée de donner un smartphone à votre enfant ?
En savoir plus
Marijke Bisschop
Quand commencer à parler d’argent avec mon enfant ?
En savoir plus
Marijke Bisschop
Les parents belges et l’éducation financière
En savoir plus
L'équipe Yongo


La plateforme d’épargne et d’investissement innovante de Yongo vous permet d’investir pour l’avenir de votre enfant.

Service client +32 (0)2 664 03 80
On est disponible
Lun-Ven : de 08h à 18h

Contact FAQ