Yves Coemans
Yves Coemans
Gezinsbond

Plusieurs études démontrent que les enfants n'ont pas la moindre idée de ce que coûte réellement la vie. Des cours d'éducation financière devraient donc être dispensés dès l'école primaire. Dans notre système éducatif actuel, les enfants se contentent d'utiliser des pièces de monnaie et des billets, un apprentissage qui prend souvent la forme d'un jeu de rôle qui met en scène des achats un magasin. Il ne suffit pas de calculer, la prise de conscience joue un rôle essentiel.

Depuis cette année académique, l'éducation financière fait partie des objectifs à atteindre dans le premier degré de l'enseignement secondaire, mais elle n'est malheureusement pas encore incluse dans les objectifs à atteindre dans l'enseignement primaire.

Initier à l'éducation financière

Je rejoins l'idée d'initier les enfants à l'éducation financière dès leur plus jeune âge. Dès que les enfants sont en mesure de calculer, ils devraient également pouvoir prendre conscience de ce que signifie concrètement gérer l'argent. L'éducation financière ne doit certainement pas se limiter à l'enseignement primaire et secondaire, elle doit également trouver sa place dans l'enseignement supérieur. Après tout, ces jeunes sont à l'aube de leur vie indépendante, et c'est à ce moment-là que tout commence réellement. Et à ce niveau, la famille joue aussi un rôle important. Les enfants imitent le comportement, y compris sur le plan financier.

 

L'argent et le quotidien

J'ai moi-même des petits-enfants et je trouve qu'ils sont encore trop peu sensibles à la valeur de l'argent. Pour prendre un exemple concret, lorsque nous allons manger au restaurant, j'essaie de vérifier l'addition avec eux. Je cherche à leur donner une idée de ce que coûte réellement la vie de tous les jours.

L'argent de poche est un premier pas dans la bonne direction. Il s'agit d'un élément tangible pour apprendre à gérer l'argent, qui vous offre un moyen de parler d'argent avec eux. Les parents qui donnent de l'argent de poche à leurs enfants pensent souvent que ce geste suffit. Mais il ne s'agit pas seulement de leur donner de l'argent de poche.

Il est important d'en parler avec eux et de se mettre d'accord sur certaines choses, sans avoir l'intention de les contrôler ou de les punir :

  • Ce montant est-il suffisant ?
  • Qu'est-ce que tu as acheté avec ça ?
  • Tu vas en garder un peu ? Si oui, dans quel but ?

Yves Coemans
Yves Coemans travaille comme attaché au département d'études du Gezinsbond. En tant qu'expert financier, il est bien informé sur la fiscalité familiale, les allocations familiales et les pensions.
L'éducation financière en tant que matière

Dès la prochaine année académique, l'éducation financière figurera parmi les objectifs à atteindre pour le premier degré de l'enseignement secondaire. Le Gezinsbond souhaite que l'éducation financière devienne une matière obligatoire dans l'ensemble du cursus d'un élève et d'un étudiant. De l'enseignement primaire à l'enseignement supérieur. C'est une question assez sensible dans l'enseignement : en effet, quel enseignant va s'occuper de cette matière ? Idéalement, elle devrait être considérée comme une branche d'études à part entière. Et ne pas être dispersée dans d'autres matières, comme les mathématiques, l'économie, les sciences sociales, etc. Peut-être les fédérations sectorielles comme Febelfin et Assuralia ont-elles un rôle à jouer pour donner forme à l'éducation financière ? Mais aussi le Notariat et le Barreau.

Le Gezinsbond peut certainement offrir le soutien nécessaire aux parents. Mais d'autres peuvent jouer un rôle dans ce domaine. Depuis peu, d'autres acteurs peuvent également avoir une influence sur les parents : les institutions qui versent les allocations familiales. Désormais, la concurrence est de mise et les parents peuvent choisir qui versera les allocations familiales. Ces institutions cherchent donc des moyens d'attirer les parents. Le soutien à l'éducation financière peut certainement en faire partie.

Investir pour les enfants

Mais qu'en est-il des provisions financières à plus long terme ? Pour les parents, il n'est pas facile d'investir pour leurs enfants. Plusieurs possibilités existent.

  • Un compte d'épargne ou de titres en son nom propre. Le parent conserve alors le contrôle intégral.
  • Un compte d'épargne ou de titres avec une clause de tiers en faveur de l'enfant désigné par le parent.

Il n'est pas facile d'impliquer activement les jeunes dans ces options.

Une plateforme d'épargne et d'investissement comme Yongo peut offrir aux parents une solution pour investir dans l'avenir de leurs enfants, à court et à long terme. Il y a aussi Yongo Dreams, qui permet aux enfants d'épargner pour un cadeau à court terme.

Articles récents

Parler d'argent avec ses enfants. Oui ou non ?
En savoir plus
Notre rédaction
Argent de poche : 7 choses à faire et à ne pas faire
En savoir plus
Marijke Bisschop
Un smartphone pour votre enfant : qui paie quoi ?
En savoir plus
Marijke Bisschop


La plateforme d’épargne et d’investissement innovante de Yongo vous permet d’investir pour l’avenir de votre enfant.

Service client +32 (0)2 664 03 80
On est disponible
Lun-Ven : de 08h à 18h

Contact FAQ